Le facteur humain, la cible préférée des hackeurs

Share

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

« La plupart des problèmes informatiques se situent entre la chaise et le clavier ». Il semblerait que les hackeurs aient bien saisi la portée de cette expression numérique populaire qui sous-entend que la majorité des erreurs soient commises par les utilisateurs eux-mêmes. En effet, ces dernières années, les cybercriminels se focalisent de plus en plus sur l’humain plutôt que sur une éventuelle faille informatique pour arriver à leurs fins.

L’absence d’un profil type de victime

Ère technologique oblige, personne n’est à l’abri d’un informaticien peu scrupuleux: monsieur et madame Tout-le-monde, les industries de taille modeste ou les plus grosses entreprises, chacun est susceptible d’être victime d’un hackeur mal attentionné. Les conséquences pouvant parfois se révéler désastreuses. Il n’existe donc pas une cible type privilégiée par ces criminels qui exploiteront la moindre faille pour atteindre leurs objectifs (vol de données sensibles, demande de rançon, etc.).

La faille « humaine »

Dès lors, le manque de vigilance, les connaissances limitées ou l’absence de procédures claires au sein des entreprises représentent des brèches dans lesquelles les hackeurs n’hésiteront pas à s’engouffrer s’ils en ont l’opportunité. Ceux-ci feront alors usage de divers stratagèmes pour abuser de la confiance et de la naïveté de leur victime et ainsi atteindre leur but: usurpation d’identité, emploi de données personnelles, etc.

Comment s’en prévenir ?

Se prémunir totalement de ce type d’attaques est malheureusement impossible. Cependant, plusieurs solutions existent pour minimiser les risques.

Tout d’abord, il est nécessaire d’implémenter une véritable culture de la sécurité informatique au sein de l’entreprise. Ce n’est qu’en prenant conscience des erreurs potentielles et des comportements à risque qu’il sera possible d’éviter une partie des pièges tendus par les hackeurs.

Ensuite, il est également important de mettre en place des outils de protection pour votre équipement numérique. En effet, des connaissances rudimentaires au sujet de la sécurité informatique ne vous permettront pas de vous défendre parfaitement face à l’ingéniosité des hackeurs. Dès lors, certaines solutions peuvent servir dans la lutte contre la cybercriminalité: une sauvegarde sécurisée et externalisée de vos données (un « backup ») ou un service de protection pour vos postes et vos serveurs informatiques constitueront déjà des précautions solides.

La combinaison de ces deux actions devraient permettre de modérer les risques du côté humain et de réduire les effets d’une cyberattaque éventuelle.

Source: undernews